élections TPE 2021

Campagne TPE : nouer le dialogue avec les salariés

 

Retrouvez toutes les informations sur le site de la CGT : 

https://www.cgt-tpe.fr/

 

 La campagne TPE 2020 sera officiellement lancée ces 20 et 21 novembre auprès des salarié·e·s. Les nouvelles dates sont connues ! Les élections auront lieu du 25 janvier au 07 février 2021.

L’enjeu fondamental de ce scrutin est de co-construire une campagne avec et pour les salarié·e·s des TPE, qui ne nous connaissent pas ou peu, et faire en sorte qu’elles et ils soient dorénavant mieux représenté·e·s.

Il s’agit d’une campagne de terrain, résolument tournée vers la proximité, afin d’aller à la rencontre des salarié·e·s dans leur diversité et pour gagner la participation des travailleur·se·s aux élections qui se tiendront en novembre et décembre 2020.

 

Les salariés des « très petites entreprises » seront appelés à voter à l’occasion d’élections professionnelles qui leur sont spécialement dédiées. Ils auront ainsi à choisir l’organisation syndicale qui portera leurs voix durant les 4 prochaines années. Ce scrutin clôturera en effet le cycle permettant la nouvelle mesure de la représentativité des organisations syndicales. Le résultat de ces élections sera additionné à ceux obtenus dans les entreprises entre 2017 et 2020, et participera à mesurer le poids des syndicats au plan national interprofessionnel, dans les branches et sur les territoires. Cela permettra par exemple de déterminer quelles organisations syndicales peuvent négocier les conventions collectives, ainsi que leurs poids respectifs ; plus vous voterez pour la CGT et plus vous donnerez de la force à nos revendications.

La mesure de la représentativité permettra également de répartir, entre les différentes organisations syndicales, leurs mandatés au conseil des prud’hommes, dans les Conseils Économiques Sociaux Environnementaux Régionaux, les commissions régionales Transitions Pro (formation professionnelle) et plus généralement de définir la représentation des organisations syndicales dans les lieux de dialogue social sur les territoires.

Pour autant, force est de constater que lors des précédents scrutins, la faible participation à cette élection n’a pas permis aux salariés des TPE de peser à leur juste mesure sur le cycle. La participation en 2017 était d’à peine 7,4. La dispersion et l’isolement de ces salariés joue inévitablement un rôle important. C’est aussi le cas du manque de contact avec les organisations syndicales.

Qui est concerné ?

Les salariés ayant eu un contrat de travail dans entreprise de moins de 11 au mois de décembre 2019 seront appelés à voter. C’est également le cas pour les employés à domicile. Ces élections sont organisées tout autant pour les travailleurs de Métropole que ceux d’Outre-mer, sans condition de nationalité.

En 2016, ils étaient alors environ 4,5 millions, invités à exprimer leur confiance dans l’organisation syndicale de leur choix (soit un chiffre équivalent à celui de la Fonction publique). Ce scrutin, organisé tous les 4 ans depuis 2012, a toujours placé la CGT en tête des suffrages.

Contrairement à certaines idées reçues, les très petites entreprises ne sont pas uniquement concentrées dans l’artisanat et le petit commerce. Elles sont aussi nombreuses dans le secteur associatif, dans les professions libérales. Avec le développement des emplois de service, les particuliers employeurs sont considérés comme des TPE et sont également concernés par ces élections.

À la rencontre des salarié·e·s des TPE !

Vous le trouvez utile ? Il a du sens ? Parfois prenant, parfois difficile ? Ou sans intérêt, alimentaire, voire source de mal-être ou carrément pathogène ? Et si on parlait de votre travail ?    C’est sur la base de ces questionnements qu’ont été lancées les premières initiatives pour aller à la rencontre des salarié·e·s des TPE qui, pour la troisième fois, auront la possibilité d’élire leurs représentant·e·s fin 2020 (les précédents scrutins avaient eu lieu en 2012 et 2016)

 

 Mercredi 20 et jeudi 21 novembre, à la plaine Saint–Denis, au milieu de cette vaste zone où s’entremêlent les sociétés de productions et de prestations techniques pour l’audiovisuel, et dans le XIIe arrondissement de Paris, quartier qui fourmille également de très petites entreprises, une équipe militante rencontrait les salarié·e·s

 

 Mon boulot : « éclatant et génial », mais « épuisant », pour Ella, technicienne du spectacle. « Et je me sens plus libre et moins exploitée, en travaillant dans une petite structure. » Idem pour Michel : lui, il adore travailler dans une TPE

 

 Il n’envisage pas d’intégrer une plus grande structure. « Liberté, responsabilité », sont les premiers mots qui lui viennent en tête. Sauf que… Il y a quelques mois, son patron a fermé la porte et est parti avec l’argent… Et là ? Comment se battre, comment agir, sans représentant·e·s syndicaux·les, en étant seul face au patron fraudeur ? Si Michel n’a jamais envisagé de s’approcher d’un syndicat, il en reconnaît, depuis cet événement, une certaine utilité…

 

Campagne TPECampagne TPE

 

Au cœur de la plaine Saint-Denis, entourée des locaux de production, est installée une ferme urbaine. Gabrielle y travaille à mi-temps. « Le projet de faire évoluer la ville pour la rendre plus verte a vraiment du sens », affirme-t-elle fièrement. « Faire vivre les acteurs locaux,  […] « jardiner sans pesticides, c’est une urgence. » Mais son travail à elle a-t-il du sens ? « Non pas du tout », répond-elle… « Mes tâches ne sont pas intéressantes : je range, je nettoie… On ne me demande pas de mettre en valeur autrement ce site

 

 Et quand mon collègue et moi, on envoie des mails au responsable, on lui propose des projets, on n’a jamais de réponse. J’ai 23 ans, je rentre dans la vie active. Je m’aperçois que je suis plus sensible au sens que mon travail peut avoir qu’à mon salaire. » Gabrielle apprend lors de ces échanges qu’elle a l'opportunité de s’exprimer dans un cadre collectif, qu'elle pourra voter fin 2020… Sourire

 

Campagne TPE

 

Ce qui plait à Isabelle, qui travaille dans une petite entreprise d’aménagement de l’espace public, c’est l’esprit de famille, l’autonomie et la responsabilité dont elle bénéficie et surtout, voir un projet naître, évoluer et se terminer. « On se sent plus utile. » En revanche, elle déplore totalement l’« absence de comité d’entreprise » et des « heures sup souvent nécessaires mais pas souvent rémunérées »« Si je veux suivre une formation », poursuit-elle, « auprès de qui m’adresser ? Comment m’informer sur mes droits ? C’est un vrai problème qu’on ne puisse pas rencontrer facilement un syndicat. »

 

Campagne TPE

 

Les deux journées se terminent avec la rencontre d’Irina, dame de ménage pour une petite structure

 

D’abord intimidée par l’échange, elle nous dit être attachée à son travail, et exprime sa fierté de rendre les locaux accueillants. Mais elle poursuivit vite en insistant sur la souffrance qu’elle éprouve au quotidien de ne pas pouvoir s’exprimer, revendiquer… « Mon patron nous dit tout le temps que si on n’est pas content, on dégage… » Irina repart avec les infos concernant les élections dans les TPE l’année prochaine, et apprend qu'elle a, comme beaucoup d’autres salarié·e·s, la possibilité d’intervenir et d’agir, y compris dans une petite boîte…

 

 Une deuxième étape pour aller à la rencontre des salarié·e·s des TPE, aura lieu le 6 décembre, à saint-Brieuc dans les Côtes d’Armor

 

 Il sera question, bien évidemment, du projet de réforme de la retraite, mais également des possibilités qu’offrent les groupements d’entreprises, et la gestion prévisionnelle des empois et des compétences dans les territoires

Campagne Elections TPE 2020

Etape bretonne : À la récolte des pépites !  

« Mais vous êtes qui ? Vous faites quoi ? »… « Et bien nous sommes la CGT et nous rencontrons celles et ceux qui travaillent dans les entreprises de moins de 11 salariés. Nous récoltons sur ces pancartes leurs avis, leurs témoignages, leurs récits au travail, leurs positions sur tel ou tel sujet ». Ah, mais c’est super, ça permet le débat de s’installer sur la place publique », réagit Nicolas, 23 ans… 
 

©Sandrine Jousseaume©Sandrine Jousseaume

 

Ces pancartes, ce sont « les pépites », ces phrases entendues et inscrites en pleine ville, en gros, et les passants s’arrêtent, les commentent, les critiquent et en proposent d’autres….. Au fur et à mesure des rencontres, les pépites se multiplient, des groupes se forment et la discussion s’installe. Celles et ceux qui conduisent les échanges sont les « porteurs de paroles »

 

Lire la suite ....

les élections TPE en Bretagne

L’emploi dans les TPE dans la région: Nous sommes 250000 salariés en Bretagne répartis dans 5 grands secteurs d’activité:

 

• artisanat: métiers du bâtiment, des travaux publics, du paysage, de la fabrication, des services, du commerce (coiffeurs, bouchers…) et de l’alimentation;

• assistantes maternelles;

• tourisme (hôtellerie, restauration…);

• industrie;

• agriculture.

 

Si les femmes représentent un tiers des salariés, la mixité est très inégale selon les métiers. À noter que la proportion des jeunes de moins de 25 ans est plus forte qu’au national (plus d’un quart des effectifs), ce qui rejoint le constat de salaires plus modestes dans les TPE en Bretagne par rapport à la moyenne du pays.